Massages aux bol et gong tibétain : tous les secrets

Le massage sonore avec gong tibétain est souvent associé à un moment de détente et de relaxation. Aussi appelé massothérapie, c’est un art pratiqué depuis la nuit des temps. Il s’agit d’une technique qui vise principalement à assurer le bien-être du corps et de l’esprit. Bien au-delà des bienfaits relaxants, le massage entre dans le cadre de la médecine douce et peut être utilisé à des fins d’auto guérison.

Ce type de massage ancien se présente sous différentes formes, selon le pays dans lequel il est pratiqué. Parmi les types de massage qui existent, on peut retrouver le massage sonore aux bols tibétains.

Qu’est-ce que c’est ? Quelles sont les origines de cette pratique ? Quels sont ses bienfaits ?

Le massage sonore au gong tibétain, c’est quoi ?

Il s’agit d’une technique de massage par la vibration sonore. Celle-ci est émise par des bols tout droit venus du Tibet. Façonnés à partir de métal pur, ces récipients émettent une résonance qui participe à la méditation du corps et de l’esprit. Ils déploient leurs ondes et feront vibrer les corps en présence.
C’est un type de soin énergétique qui vise principalement à apporter un lâcher-prise au physique et au mental pour rééquilibrer l’organisme.

Les origines du massage sonore aux bols et gongs tibétains

Les bouddhistes tibétains se sont approprié cette pratique pour réaliser les rituels de méditation et appeler les esprits. Les bols tibétains ont ainsi été utilisés pour la pratique de nombreuses disciplines comme le yoga, le Reiki, le shiatsu et autres pratiques asiatiques.

Comme leur nom l’indique, les bols tibétains sont fabriqués principalement au Népal et au Tibet. Ils existent en de nombreuses formes. D’ailleurs, chaque bol est forgé de manière différente par des artisans talentueux. Selon la légende asiatique, les bols tibétains étaient utilisés par les Japonais pour se soigner de différentes maladies.

Les bols tibétains sont également utilisés par les chamans pour leurs propriétés curatives. En effet, ceux-ci considèrent que ce genre d’outils permet d’émettre un ensemble de sons, à l’image d’une approche sacrée aux multiples vertus thérapeutiques. Ils étaient aussi offerts comme cadeaux de mariage. Les bols tibétains ont également pris une place importante dans la culture himalayenne. Ils devenaient une monnaie d’échange chez les populations indiennes et népalaises.

Comment fonctionnent les bols tibétains ?

D’après les spécialistes en neuroscience, le son aurait une influence sur les fonctions cérébrales et le système nerveux. Il aurait également des effets sur la chimie du corps et la ré-harmonisation de l’organisme.
Le son et la vibration du gong tibétain agissent en premier lieu sur le plan physique. Puis, le massage provoque un lâcher-prise total sur l’ensemble du corps. Chaque cellule du corps absorbe les vibrations positives des bols tibétains. Ceux-ci pénètrent au plus profond de l’organisme.

Certaines études scientifiques mènent à penser que l’être humain vit dans un monde vibratoire où tout est vibration. Les sons auraient ainsi des effets sur l’ensemble du corps humain. Ils auraient des influences sur le système énergétique du corps humain en se débarrassant de toute forme d’énergie négative inconsciente ou consciente.

Les ondes émises par les bols stimulent le corps pour rééquilibrer sa fréquence harmonique. Cela permet également de produire des ondes alpha pour apaiser le corps. Ces ondes sont produites par le cerveau en état de sommeil profond, un peu comme une forme d’hypnose.

En revanche, il est important de préciser que les bols tibétains ne guérissent pas et ne remplaceront jamais la médecine conventionnelle. Ils sont utilisés en complément et aident le patient vers le chemin de l’auto guérison. Cette pratique vise principalement à rétablir l’équilibre des énergies dans le corps. Lorsque celles-ci sont purifiées, la santé physique et mentale aura les bases nécessaires pour guérir.

Les bienfaits du massage sonore au gong tibétain

La massothérapie sonore aux bols tibétains s’est fait une place dans la médecine douce. Cette pratique est particulièrement appréciée de part ses facultés à remettre le corps et l’esprit en raccord parfait.

Coups de pression, frictions et sons traditionnels sont au rendez-vous pour permettre à l’organisme de s’orienter vers un rééquilibrage des énergies. Grâce à des gestes ancestraux, parfois alliés à des plantes et des huiles naturelles, ce rituel offre de nombreux bienfaits sur la santé. Le massage sonore aux bols tibétains intervient principalement sur 3 niveaux ; le plan physique, le plan émotionnel et le plan énergétique.

Tout d’abord, cette pratique est réputée pour réduire le stress. Elle amène le corps vers un lâcher-prise total et un état de bien-être, que ce soit pour le corps ou l’esprit. Puisqu’il s’agit de massage, il vise à soulager les courbatures, la fatigue physique et mentale, apaiser les tensions musculaires, etc.Le massage sonore tibétain permet aussi d’améliorer la digestion et d’atténuer les troubles de l’appareil digestif.

En effet, les séances de massage sonores aux bols tibétains sont généralement commencées au niveau du ventre. C’est aussi une pratique thérapeutique qui booste le système immunitaire. En effet, elle améliore la mobilisation des défenses naturelles du corps.

Le massage sonore agit également sur le plan émotionnel. En effet, cette pratique ancestrale permet de se libérer des émotions traumatisantes comme la peur, l’angoisse, etc. Elle régule les émotions négatives et permet de se connecter à son être intérieur. Le massage sonore permet de débloquer et de libérer les émotions enfouies.

Ainsi, cette technique de massage permettra d’augmenter l’énergie vitale de l’organisme. Elle optimiserait aussi les fréquences vibratoires du corps et harmonise les centres d’énergie ou chakras. En bref, le massage sonore aux bols tibétains permet de recharger l’équilibre énergétique du corps.

On utilise depuis toujours le chant et le son dans les rituels de guérisons à travers le monde. Le son permet une reconnexion à l’instant présent et c’est encore plus vrai avec les bols tibétains.

(18)